loquelles

 

 

 

dits et fumerolles de lՎtrange Docteur Thorpe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

point de dpart, ou point d'arrive, il ne saurait l'tre, ni commencement, ni fin, il ne le pourrait pas, mme le voulant, pas le repos d'avant, ni le repos d'aprs, il ne saurait pas mme en tracer le mouvement, devenir lui-mme le mouvement qui trace une ligne entre dbut et fin, une flche en plein vol entre dpart et arrive, il ne saurait tre, ou mme connatre, ce mouvement, il ne le connat pas, il ne le sait pas, il n'a pas le temps, sinon le temps d'une corde tendue, peut-tre le temps, peut-tre la tension, peut-tre est-il le point de tension entre l'arc et la flche

 

en effet, un miroir reflte un oeil, mais il est faux de dire qu'un oeil reflte un miroir, mme si on devine parfois la surface brillante de l'iris un certain miroitement des choses que l'oeil voit, cette mme surface ne pourra reflter un miroir, sinon en refltant le reflet de l'oeil dans le miroir que le miroir reflte dj, en l'occurrence

 

 

nous, au contraire, ce n'est pas la peine, non, pas cette fois, pas maintenant, pas comme a, pas aujourd'hui, non, pas avant, ni demain, ni quand, ni comment, au contraire, pour eux tout est possible

 

un jour comme les autres, c'est comme a que je le vois, ce jour, bien cal entre deux autres jours, comme tous les jours qui se suivent, comme cela, celui-ci parmi la monotone rptition de ceux-l, la srie rgulire de tous, c'est comme a que je le vois, comme tous les autres, force d'tre les mmes, ils le sont, force de le voir, comme cela, ce jour-ci est nul autre pareil

 

toujours dans l'espace un coeur invisible, en tout espace, il y a cela, non pas un espace, encore un, pas un autre espace, une sorte d'espace dans l'espace, log dedans l'autre, le premier, celui  de toujours, tendu, vaste ou clos, proche, ou lointain, il n'y en a pas de semblable l'intrieur, pas d'autre comme le premier dans le second, le second, invisible, qu'on baptise vite fait, vite dit, coeur, qui lui est bien dedans, l'intrieur de l'espace premier, comme de tout espace, coeur sans tre lui-mme un espace, invisible, mais bien palpable celui-l, car un espace, tout espace, est visible, l'espace ne peut tre touch, seul le coeur peut tre touch

 

sans doute, Dieu nest pas cercle, ni point, mais le compas, dit-il encore

 

 

 

ceci, vous le savez, est tout fait conforme ce qui s'est produit dans les autres sciences, au cours de leur histoire, dans leurs mthodes, dans leurs rsultats, dans les discours d'hier et d'aujourd'hui qui ont dclar les rsultats, qui les dclarent encore, dans l'espace articul des discours qui rend transmissibles les rsultats (il mne, rythme ou produit les rsultats, selon le discours appropri) si bien que les discours qui tiennent bien la distance de la communication entre plusieurs parties s'exposent dans un langage intelligible o ce qui de la science tait, ou est encore, en fin de parcours, le moins articul, ou le moins transmissible devient intelligible et mme clair, toujours peut-tre grce l'effet de traduction que donnent les discours, des dclarations en bonne et due forme et qui, sommes toutes, nous le savons, s'avrent assez peu conformes ce qui s'est rellement pass

 

dduction, dduction logique, dduction logique partir de – induction, induction partir de - a tourne et retourne sans fonctionner trs bien, dans un esprit dascenseur, qui monte, et qui descend, de haut en bas et de bas en haut, collines russes ou grand huit, cest comme cela quon les nommaient lorsque nous tions petits, petits gravisseurs de pentes vers les grands, gravisseurs de ciel escarp, tandis que les grands dvalaient vers les petits, dduisant et concluant, la hte, partir de la prmisse du temps, majeure sil en fut

 

on descend de cette colline comme on descend d'un zbre, en suivant les rayures qui en sillonnent le flanc - le problme de savoir quel ordre il faut introduire pour que le descendant retrouve son chemin, ce problme demeure, et il demeurera tant qu'un tel ordre des routes suivre, des points rallier n'aura pas t prcis, tant qu'une carte bien prcise de tout le vallon n'aura pas t dresse ou, plus prosaquement, tant que le descendant n'aura pas rencontr d'ascendant sur le chemin du retour, ce chemin qui se ramifie en de multiples pistes aux issues contradictoires, tant quil naura pas crois dascendant sur le retour, tant que carte n'aura pas scrupuleusement relev les dtours et les impasses du vallon d'abord, de la colline ensuite, avec ses rondeurs et ses escarpements, ses buttes et ses trous, ses trous d'eau, surtout, et ses crevasses ensuite, ses plissements jeunes et secs de la roche au creux desquels se tordent les pieds et les chevilles ascendants, et plus souvent encore les chevilles et les pieds descendants, de ceux qui descendent prcipitamment la colline, et a fortiori de ceux qui dvalent la pente difficile parce qu'ils croient avoir vu distinctement du sommet le chemin unique qui les ramne chez eux

 

 

 

voil exactement les trois registres distingus, ces trois classes dans lesquelles ranger ce qui nous a proccup durant de si longues sances, les trois catgories sous lesquelles on saura classer l'ensemble des phnomnes dont nous avons si longuement parl, dbattu, propos desquels nous nous sommes contredits, disputs, battus quelquefois, oui battus, gifls, cogns poings ferms, luttant poings ferms, s'tripant profondment, de nos oppositions les plus profondes, nous avons chang nos coups ports profondment dans nos estomacs, nos reins, nos joues carlates, nos coups sans retenue contre les os, le maxillaire, et

sans doute, Dieu nest pas cercle, ni point, mais le compas, rptait-il

 

 

 

sans rien vouloir transmettre puisque, incluant tout devant et derrire, ct, au-dessus et en dessous, l'espace mme qui est le vtre est d'abord le mien qui s'toile depuis la parole d'o moi-mme je procde - il est dsormais tout fait clair que les phnomnes d'hallucination verbale ne procdent de rien, cela est trs clair, limpide,

sans tache mme, sans l'ombre d'une contradiction possible, sans appel, sans discours donc, sans attendu qu'on la dshabille, cette folle, cette prison qui libre, sans espoir qu'on le circonscrive ou qu'on le barre, aujourd'hui comme demain, ce flot, ce flux, cette effraction, je le sais, je le connais, que rien ne saurait arrter, mais ne pouvant le dire, enfin ne pouvant que tout juste le dire sans le commenter, sans l'expliquer ni en soumettre le travail la lgale inscription du discours, en bonne et due forme, une fois pour toutes, ou ne serait-ce qu'une seule fois, une seule, mais cela ne se peut, vu que je ne peux pas mme le dire, sinon peut-tre encore exhiber quelque chose, une serpillire use, dchire, encore trempe et sale, dgouttant doucement les secondes successives du temps prsent

 

c'est seulement la moiti de cette cause, si seulement c'en tait une, et une seule, mais c'est faux, mais ne le sachant, et c'est tout fait sa caractristique de ne pas tre vue, de ne pouvoir tre connue, je ne peux reconnatre d'elle qu'une moiti, c'est--dire son effet

 

lintangible, caractrisant ce quon ne doit ou ne peut toucher, et cela pour plusieurs raisons, nest pas le mot le mieux entendu dans notre tte danimal linguistique, au point que ce qui paraisse dabord soustrait la main et sous lempire du regard dsirant puisse tre  pris  ou  touch , ce qui nest pas sans inconvnient, ce qui nest pas sans surprise non plus, puisque la soustraction relle imprime une adhsion dans la langue, o tout ce qui est bien nomm nous est pour ainsi dire tangible

 

ces dernires sances, nous lavons vu, la chose que nous nommions premirement  chose  nՎtait pas la chose dont nous prtendions parler, et davantage, le mot  chose  tant si diffrent et loign de la chose que lon voit ou que lon touche, ce mot-l naurait quՈ imiter ou se rendre linertie finie du discours, quant la  chose  bien matrielle, bien l, dehors, sous nos yeux et nos mains, de sorte que la sparation introduite doive nous rappeler lextraordinaire errance de lhumain, lors de notre premire sance

 

lingalit, alors que je marchais, que je devrais plutt qualifier dirrgularit de mes pas dans lordre du temps, cՎtait quelque chose, ah oui, lingalit principe de tout ce qui est ingal selon les rapports enregistrs quont toutes les choses entre elles, cest quelque chose, ah oui, lingalit au cur dun monde rgl quon dit dmocratique selon lexpression singulire en tant quelle devient un tout quantitatif, mais aussi trs expressif et trs moderne en quoi se dissout lexpression singulire et se rsout bnfiquement sa  conscience individuelle , incomparable, et dans lincomparable, ncessairement inpuisablement ingale

 

lincomparable, donc cela mme quon ne peut comparer tout autre  cela  ou  ceci  (et tout ce quon dsigne en langage comme telle ou telle chose), et donc de cela mme lintrieur du ceci-l quon dsigne du bout du doigt, index point, et pour lequel il y a un ceci dincomparable, comme un poison irrmissible, comme une viande quune me ne fait pas saigner, un poison donc, voil ce qui loge au fond du  ceci , de telle ou telle chose, au fond de lincomparable promis toute chose, et donc, toutes les choses comparables entre elles et depuis le point qui les compare toutes entre elles

ingal et incomparable : qualits de celui qui est

 

et voici que comparat cette chose dont je ne voulais parler auparavant, la voici, elle vient, je vous le dis, cette chose, ou ce quil convient dappeler souvenir, ou image, ou moi-mme, je la dis, je suis en train de vous la dire (elle est tellement rtive), mon langage nest pas clair, non, il nest pas clarifi, apur, mais il dit ce quil dit, sans cesse, sance tenante, pour ainsi dire quelle comparat, quelle parat, voil ce quil dit, voil ce que je dis en lui, par lui, pour lui, pour ce langage qui se drobe comme moi la chose quil parle

 

sans doute, Dieu nest pas cercle, ni point, mais le compas, dit-il encore

 

 

 

 rvlation , voil un mot important qui a ses chances, et ses issues piteuses, un tel mot que mme arc ou dtente en mon esprit ne savent caractriser, un mot fort (de la famille de mots que je nomme les  mots forts )

 

sous la surface, des cordons et des liens, et cest absolument dans son droit, si, jusquՈ la mme poque, habituellement au printemps, si jusque l il prtend quune espce cre par lui a vu le jour, bien que mis en garde contre sa rputation dangereuse, la  thorie  battait son plein, bien que lauditoire ft prvenu, on dut reconnatre, comme chaque printemps, le discours sans queue ni tte sur la nouvelle espce cre, o, quand et comment elle fut cre, et par qui, eh bien par lui, bien entendu, par celui-l mme qui tenait discours, et encore, quand il nous pargnait les cordons et les liens, sous la surface cutane, les cordons et les liens, tout le monde ne sen portait que mieux,

 

et cette phrase dans ma tte, cette phrase qui ne veut pas sarrter, sarrter de

 

contenant mal son rire, tait-ce parce que la mer, agite, les effets glaants, lombre dun son, lՎcume fugitive dune pierre, dun poisson, elle se retenait, derrire des cheveux roux comme automne, et ses yeux insolents, imbrisables

 

sur les phnomnes visuels il tait intarissable et les commentaires ne se faisaient pas attendre, recouvrant linutile par linutile, mais au moins au service gratuit des musiques – une voix en commente une autre, puis se fait oublier, et ce propos, peut-on me dire qui parla en premier

 

aprs un  entrez  un peu sec, quel point les dits du funambule savant, je les fis miens, je ne saurais le dire, quel point jՎtais devenu la danse de corde du savant funambule, je mՎtais identifi au flot presque ininterrompu de sa logorrhe sans but, de son dbit perte de paroles plus ou moins doctes, ou ineptes, ou pntrantes

et sans le savoir, je me mis raconter lhistoire de ma dception, aidant lamoncellement fade de mots (fade comme lest toute littrature – comment les crivains taient-ils parvenus faire de lennui un plaisir ? toute la littrature est une cole de lennui)

et sans le savoir – est-ce lui qui parle ou bien moi ? je mennuyais en mourir et trouvai du plaisir, quel point cette voix, cette voix - je fermai la porte

 

je ne vous offre que votre propre prsent – quest-ce quil marrive ? cՎtait le vtre, je lai fait mien, au moins le dpositaire, comme au Mont de Pit, mais au plus le propritaire, non, surtout pas le possesseur, puisque vous laisstes ce que je vous offre maintenant en gage de ce que je puisse prcisment vous le redonner, et le moment est venu, cest maintenant, prsent que je vous loffre, alors quen vrit, je vous le rends – oui, cest tout simplement cela, je vous rends ce que vous maviez offert, en gage (prt, devrais-je dire) de lhonntet que jaurais de vous rendre tout,  voil, cest fait, cest vous 

bien, nous sommes quittes

 

honorables hommes de bien immaculs, jai le dtail de ta note de restaurant, pouvez-vous imaginer portrait plus aimable, fidle et aimable, tre quitte, se donner quitus, sans enfler ni dsenfler un pouce de fard du portrait que lon dresse, sans dnaturer, sans ajouter ni retrancher un centime du montant tabli, sans omettre de virgule, sans rien trahir des chairs hypoplasiques, ou hyperplasiques, cest selon les dimanches et ce quon y a pris au repas de midi, linflation serait par excellence un phnomne de masse tendant toujours accrotre sa propre dtermination de masse, tandis que la dflation abaisse tout jusquՈ la parcimonie et la petite monnaie, la pnurie et lanonymat, qui sont lhonneur des hommes de bien immaculs

 

moi-mme, dans le temps, je hassais le dimanche, je le redoutais, jai le souvenir dune chanson, o lon chante que lon redoute, du moins on fait semblant et on le fait sentir, deviner – nous sommes devenus presque insensibles ce dimanche, et mme cette haine du dimanche – cest au magasin des souvenirs paroissiaux quil est rang, maintenant, ce dimanche

 

un matin, elle descend chercher leau la rivire, et elle tombe sur son frre que tout le monde croyait mort depuis des annes, voil le genre dun dbut dhistoire, quoi on devait donner suite

comme un essaim sagrge dautres essaims, les masses ne sentrechoquent pas mais se concatnent, nos rcits improviss progressent pour quon sy perde, et cela fonctionne bien

 

quest-ce quun portrait ? quest-ce que cest, me demandais-je, tandis que je voyais, dans un miroir peut-tre, ce quoi je ressemblais, tel un miroir, moi-mme, sans savoir, sans dlibrment voir, mais javais devant moi ce portrait, ce visage que jՎtais, et non un autre, mais seulement ce que je ne voulais pas voir, mais il y avait bien en lui une forme inflexible, la mienne, mon visage, non, pas lui, mais un visage que je reconnus comme mien, javais peur de cette part intacte, elle tait l, jen avais peur, jen ai toujours peur, et elle nest plus, cette part intacte, toujours vive, elle est bien l, jen ai bien peur, et toujours prsente, en un sens, je veux dire ceci de prcis : elle ne me fait plus peur, je peux la toucher, je la vois, mme, distance, comme ce quil y a de plus prcieux (comme on dit dun dernier lien quil est prcieux), et je le dtruis sans bruit, comme tout ce qui mest le plus cher, sans peur et ne laissant rien dintact

 

il y a une perception, par laquelle je vois le monde, et ce monde nest pas le vtre, ni le mien, ni le tien, le monde, tiens, on dirait quil parle, non, quil hurle, et je lentends, bien videmment, il existe dans ce regard instantan, et voil quil nest plus, ds lors quon se dtourne, il a hurl, et le regard ds quil se dtourne, vague et se perd, ds lors que le regard une fois pos glisse sur la bte au dos arqu, l, juste devant mes yeux, non, pas les miens, ds lors que ce regard tourne, pour ainsi dire, tourne autour du monde pour en oublier les choses, et notamment cette bte au dos arqu, les deux pieds dans le sable froid, cette masse sombre aux mouvements lents, qui linstant tait encore le fruit donn ma vision, qui prsent nest dj plus quun souvenir imprcis, sans poids, sans existence, et mme pas de souvenir bien soi, de la mmoire mienne, celle qui produit le ciment mensonger o on a coul ce que nous sommes

 

on pourrait concevoir quil et poursuivi, dans le sens de la riposte, en bonne et due forme, aussi rsolu que possible

 

et le fond de la pnurie tait abondance, il poursuivait, il poursuivait

 

sil dfouraille, la dette conjugale des poux est contracte en vue de rapports sexuels dans ce cadre, au reste, les juges imposent un divorce aux torts exclusifs du conjoint, en cas de dfaillance,

 

il faudrait repoinonner lՉme des jeunes filles, rpta-t-il, par quoi il entreprit de dresser la table des prceptes de lՎducation sexuelle, mais loreille na pas rclam un prolongement inhabituel de la longue ni un silence dans la reprise de ce mtre

et pourtant, une brve avait allong la mesure

il faudrait repoinonner lՉme des jeunes filles, est-ce dodca ? le nombre de pieds y est, pierre, cest une chose, mais les accents sՎparpillent, cest une chose, mais le silence lappui sur une lettre invisible ? un son qui retarde ou bien qui prcipite ? quel est le sens de ce dpart ? de ce recommencement ? de ce de ce repart, de cette pointe hardie ? qui est pierre ?

 

les enfants futurs, simplement esprs, sont aptes recueillir des droits, et lenfant conu est tenu pour n toutes les fois quil y va de son avantage (Infans conceptus pro nato habetur quoties de commodis ejur agitur, dit la maxime), aux articles 725, 906 du code civil, et il y a srement un quivalent dans lun des sept traits de lordre Nashim de la Mishna, ou encore en Vaychev des poux, commentant la Gense, bien quune telle image joue lextrme, et pour ainsi dire surjoue ne convienne pas une labilit des statuts et des noms interprte, mais non interprtante, dans le Talmud

 

pre, mre... sont les noms de maladies non encore rpertories, puisque ces noms participent des facults mmes de rpertorier, de corriger ou de classer, comme si natre de noms, et non de corps, sous une tutelle encore bien autre, peut-tre, cela n'arrangeait rien, mais rien du tout, comme si on parlait toujours de noms lorsqu'on croyait parler de corps, si bien que du corps on ne puisse dterminer aucune maladie, mais seulement des noms qui nous servent de corps

 

la dception devant un monde de tratrise et de mensonge conduit inexorablement lisolement, comme dans le jeu des rois, o on finit enferm dans sa place si on na pas su imiter la ruse de ladversaire – le docteur Thorpe nimita que le mauvais aliment ni que tous avaient recrach, de l on pouvait sans doute conclure quil arborait le masque de la folie

 

sans doute, Dieu nest pas cercle, ni point, mais le compas, disait-il encore

 

 

 

attache, essayant de faire semblant, de paratre selon le vu, le vu ou limage que lon veut, tre attache, image qui complat lauteur, auteur de lattachement, de la prise contraignante des nuds et des fils, dans le secret dun cheveau trs tendu, dune tension svre de lensemble, selon lauteur, et tendant lextrme au vu et au moment rel dՐtre dtache -

attache, dtache, limage, selon la tendance de lauteur, fil rouge, selon lauteur, cest ainsi quil la nomme

 

engages nuitamment dans le blanc, les dents drapent et laissent un estafilade au lieu des morsures, leur prise nՎtait pas assure, leur proie navait pas tout fait capitul, et les dents qui commenaient mordre en vue de broyer le bras blanc clatant de la jeune fille se virent drober la tendre clart, ne laissant quun sang sauf perler sur son fil, couler au fil ourl dune coupure, le jour se lvera encore une fois au moins pour la jeune fille sauve, pour sa chair sauve et ses prcieux tracs, sa chair qui reut un poinon au lieu dՐtre aime

 

quant moi, je mՎtais jusquՈ prsent refus toute condescendance, et pas plus de complaisance, au demeurant, il faut bien vous lavouer, et si bien que jՎcoutais patiemment, sans arrire-penses, je buvais ses paroles, comme on peut le dire, et elles tombaient en arrire de mon crne, javoue quelles me faisaient un effet de tronc crbral, ces paroles, ces mots, ces flots, en somme, un effet de rachis, cest amusant, elles sՎcoulaient lentement, assidment, jen devenais mou, je dglutissais, chaque gorge, absorb par ce que jabsorbais, et sans y penser, sans prter attention ma propre attention, je ne vis pas dabord que javalais comme on vomit, et que tout ressortait sitt entr, et quun mpris amus, une politesse et une convenance menteuses mavaient envahi – la voil blesse, htesse galement, la porte svrement ferme ne me donne aucune chance de sortie, on ma dmasqu, et dun seul coup dil, apparemment cՎtait facile

 

ah oui, javais oubli, en procdant par lignes et cheveaux de lignes, je devais oublier mme ce procs, oui, et que je me transformais moi-mme en mots, sentences rptitives, pour finir en paysage sans perturbation, et javais oubli que le procs ne devait lorigine quՈ un instinct de survie, si lon peut dire, bien sombre instinct, que les transformations dune conscience labile navaient pour fin que la prservation de ma vie, pas pas, la continuation de proche en proche de ce que je me devais de prserver, pensai-je, enfin au moins ce que je ne pouvais prcisment pas oublier, cela mme qui continuait conjuguer au prsent le verbe vivre, avec si peu de ce qui prcde et encore moins de ce qui doit suivre, comme la pointe de saphir sur le sillon dun disque phonographique

la rptition les changeait en proverbes uss, la conversation, de paysage parl, passa la sarabande convenue de la rumeur et du sens commun

 

je me survis quand joublie, ncessaire reparlade rptitive – la rserve dinconnu affermit ma foi

 

mais finir sans inventaire, mourir, sans testament ouvrir, cest bien fcheux, oui, inventaire pour liquidation, cest ce qui aurait d tre fait, mais le cur ny est plus, quand se prononce la mort htive, on ne trouve plus personne pour entendre laurore dsombre se levant sur nul paysage

 

mais dire kaddish, si encore quelquun le peut, kaddish de soi non encore mort,

kaddish de la brisure des vases,

kaddish du deuil inexorable

 

au moins le givre contre la fentre glace

les chambres dedans, elles, moisissent

dans la prcipitation ta peur est vide

et tous les ennemis sont morts

juif et sonore, all chanter

ta voix denfant berce les morts

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[...

 

 

 

 

Olivier Capparos

 

 

 

sommaire

tlcharger ce texte au format PDF